Culture
Interview

Alex Lutz, un artiste passionné

À seulement 35 ans, Alex Lutz apparaît comme un artiste accompli. Celui qu’on découvre chaque soir sur Canal+ dans Catherine et Liliane a également mis en scène des artistes comme Pierre Palmade et Sylvie Joly, fait des sketchs pour les Césars et triomphe avec son one-man show. À l’affiche du Théâtre Sébastopol le 15 octobre prochain, Alex Lutz se révèle comme un artiste passioné mais discret.

 

Le public vous connait à travers vos personnages, dans votre spectacle mais aussi dans la revue de presse de Catherine et Liliane sur Canal +. Le vrai Alex Lutz finalement, c’est qui ?

Il doit forcément y avoir un peu de moi dans tous les personnages que j’incarne, mais le vrai Alex Lutz comme vous le dîtes est quelqu’un de plutôt discret dans son quotidien. Contrairement aux apparences, j’ai une vie assez classique. J’ai farouchement besoin de vivre les choses avec un état d’esprit d’artiste. Tant que les choses sont dans le domaine artistique, même plus largement, je me sens à ma place.

Ce spectacle que vous jouez avec succès depuis 8 ans, quel est son secret ? 

Le succès de ce spectacle ne s’est pas fait en trois secondes. Nous avons construit le succès de ce spectacle spectateur après spectateur, ce qui explique aussi pourquoi je le joue depuis si longtemps ! Ensuite, il y a le niveau de mon amusement personnel qui entre en compte. Non pas que ce soit une forme d’égoïsme, mais c’est cette première sensation qu’il faut écouter pour savoir combien de temps on va faire les choses, et avec quel degré d’enthousiasme. C’est vrai aussi pour la revue de presse de Catherine et Liliane. Tant qu’on s’amuse dans ce qu’on fait, on se sent capable d’amuser les autres. Si vous demandez pour la centième fois à votre oncle de raconter la blague qu’il n’a plus envie de raconter, il y a toutes les chances qu’il fasse un bide ! Enfin, le dernier secret pour durer c’est de savoir se renouveler. Je change mon spectacle en permanence, au travers des sketchs et des personnages afin de pouvoir lui offrir une vie plus longue. Mes sources d’inspiration sont nombreuses, comme par exemple mes amis, ma famille, les gens dans la rue. C’est un travail au quotidien d’observation et d’écoute.

Quel est votre meilleur souvenir sur scène ?

Sans hésiter je vais vous répondre le Bataclan ! Il était le premier d’une longue série de grandes salles mythiques. Je me souviendrai toujours de cette sensation étrange de trac, d’excitation et de kiff que j’ai eue ce soir là ! Après ça, il y a eu les Folies Bergères, l’Olympia, Le Châtelet, Bobino et tant d’autres… mais le véritable baptême dans la cour des grands c’était le Bataclan ! Je me souviendrai toujours de ce moment qui est pour moi inoubliable.

Votre dicton préféré ?

J’en ai plusieurs dans lesquels je me retrouve. Il y aurait peut-être « à vaincre sans péril » ou encore « on triomphe sans gloire », mais celui qui me guide chaque jour et qui est presque comme une prière pour moi est « patience et longueur de temps font mieux que haine et rage ». Mais bon, finalement il y en a beaucoup. C’est quand même con qu’on en invente plus de nos jours à part des « non mais allô quoi » ou des « casse-toi pauvre con » !

Une adresse à Lille ?

Eh bien vous allez me tuer… mais je n’en n’ai aucune ! Lille est une ville que je ne connais pas bien. J’adore le Sebastopol, mais je vous l’accorde, ce n’est pas très original de dire ça ! Par contre, je me réjouis d’avance de venir découvrir Lille en octobre prochain, et de revenir je l’espère !

Vous êtes un artiste à part entière, un papa et un époux. Qu’est ce qu’il vous manque ?

Alors, je vais peut-être vous paraître extrêmement cucul en disant cela, mais je le pense vraiment du fond du coeur : la paix. Je rêve de vivre et de voir mon fils grandir dans un monde en paix. Après tout le reste suit sans problème pour moi. Et puis bon, si il y a autre chose, j’aimerais bien un cheval, mais ça, ça a quand même moins d’importance…

Vous avez aimé cet article ? partagez-le !